jeudi 5 mai 2011

Festival R de Choc 3/4 13 et 14 mai 2011 (En cours)

Le festival R de Choc arrive par surprise cette année  le vendredi 13 et le Samedi 14 mai au lieu de l'habituelle date début juillet !
Cette année une orientation cinétique : Musique, Danse et Images, Improvisations cinétiques
Vendredi 13 mai 20h30
Ciné perf
Gilles Broussaud, Catherine Karako et musiciens
2ème partie vidéos avec Damien Bourniquel et musiciens

Séances le Samedi 14 mai 2011 à 15h30 et 17h30 et 20h30
avec la projection de Stachka (la grève) film russe de Sergueï EISENSTEIN
et de Zvenigora film ukrainien d' Aleksandr DOVZHENKO

Stachka & Zvenigora Moving Images Project
Aka_Bondage, Hugo Abraham, Aldridge Hansberry, Francis Larvor, Frédéric Maintenant, Pascal Marzan, Romain Mercier, Jac Pochat...

Musiciens :

Frédéric Blondy (piano) & Bertrand Denzler (saxophone) duo
Stachka & Zwenigora moving images project :
Aka_Bondage : guitare électrique
Hugo Abraham : contrebasse
Aldridge Hansberry : batterie
Francis Larvor : ordinateur
Frédéric Maintenant : piano
Pascal Marzan : guitare
Romain Mercier : saxophone
Jac Pochat : saxophone

....la suite dans un instant

Ciné perf :
Gilles Broussaud : danse
Catherine Karako : danse
Damien Bourniquel : video
Photo : Tchernobyl : la "patte d'éléphant' d'uranium fondu et de sable ; le coeur fondu qui a coulé dans le premier sous-sol.

•  vendredi 13 mai :
Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit 11€
• samedi 14 mai :
- après-midi  15h30 : Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit : 11€
- après-midi  17h30 : Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit : 11€
- soirée  20h30 : Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit 11€
- Pass journée samedi  : 22€ 
• Pass 2 jours : 33€







lundi 6 septembre 2010

3 1/2 fait l'inouï Solos et vidéomix Live Damien Bourniquel

Espace Jemmapes
116, quai de Jemmapes - Paris, 10°
(M° Jacques Bonsergent / Gare de l’Est)

 jeudi 01 juillet 20h30-22h30
vendredi 02 juillet 20h30-22h30
samedi 03 juillet 17h30-19h30 / 20h30-22h30


AKA_BONDAGE
guitare et laptop


Heddy BOUBAKER
saxophone alto


Damien BOURNIQUEL 
vidéo
1

2

3

 
Massimo CARROZZO 
clarinette et clarinette basse


Simon H. FELL 
contrebasse


piano, theremin, électroniques

viole de gambe + feedbacks

guitare

voix

contrebasse

jeudi 17 juin 2010

3 ½, fait l'inouï. Rencontres Improvisées




Espace Jemmapes
116, quai de Jemmapes - Paris, 10°

(M° Jacques Bonsergent / Gare de l’Est)

 jeudi 01 juillet 20h30-22h30
vendredi 02 juillet 20h30-22h30
samedi 03 juillet 17h30-19h30 / 20h30-22h30


Ce sont des rencontres musicales improvisées avec des musiciens anglais, belge, canadien, estonien, français, italien venus d'horizons divers du rock, du jazz, de la musique classique contemporaine, de la musique baroque, traditionnelle rejoints le dernier  jour par un plasticien qui aura pris soin de les capturer avec sa caméra pour nous les redonner métamorphosés.
Tous ces concerts sont donnés en lieu et place et en soutien au festival R de Choc 4 annulé par manque de financement. Nous remercions aussi cette année la Spedidam qui nous a accordé des subventions. Ils ont malheureusement été les seuls. Et puis un grand merci aux musiciens et vidéaste qui nous offrent à cette occasion leur soutien inestimable.

au programme :

AKA_BONDAGE
guitare et laptop


aka_bondage (Nicolas Marmin) joue de la musique depuis 1995. L'un des caractères de son travail est de vouloir échapper au "cloisonnement" : un pied dans le rock, un autre dans l'improvisation... et même un troisième dans l'exploration de matières électroniques, il a multiplié les groupes, collaborations et participations à des projets artistiques (groupes: Osaka Bondage, L'autopsie a révélé que la mort était due à l'autopsie, (1) Kilo of Black Bondage, The French Doctors, Oleo Strut, etc.).

Heddy BOUBAKER
saxophone alto


Né en 1963, Heddy Boubaker commence la musique et l'expérimentation avec le son en 1977 en apprenant le maniement de la guitare électrique et surtout, depuis 1988, du saxophone alto tout en s'essayant en parallèle aux percussions, claviers, oûd, etc... de manière quasi-autodidacte et dans des styles aussi divers et variés que le rock (du punk au progressif), la musique africaine, la musique gnawa, les musiques orientales et d'Europe de l'est, le jazz...
Depuis 2002, il se consacre essentiellement à la pratique de l'improvisation libre (avec quelques incursions vers le free jazz et la musique électro-acoustique) qu'il a "rencontrée" au milieu des années 90. Il rajoute en 2007 le saxophone basse à sa panoplie.
Il a participé activement à l'organisation des deux premières éditions du festival Zieu-M-Zic en 2003 et 2004 ainsi qu'aux activités de l'association IREA entre 2006 et 2009. Par ailleurs, il participe à de nombreux projets musicaux ou pluridisciplinaires (danse/musique/poésie...) avec de nombreux partenaires français ou internationaux et continue à faire incessamment de nouvelles rencontres artistiques.
Il habite désormais à Labarthe-sur-Lèze, près de Toulouse, à La Maison Peinte (lieu de concerts) et est président du collectif SonoFages et créateur du label Un Rêve Nu.

Damien BOURNIQUEL 
vidéo


Né à Séoul, Corée du sud, Damien Bourniquel est titulaire d’un Diplôme Supérieur d'Arts Appliqués de l'ESAA de Duperré, Paris.
Damien Bourniquel travaille autour de la notion de "glitch" et d'artefact, développant une esthétique de l'erreur par le média vidéo. Son travail se concentre sur le support même de la vidéo numérique et de ce qui la constitue : formats, compressions, bitrate, pixels... Il endommage pour cela le code source de films numériques qu'il tourne lui-même, rendant le processus de captation créatif en lui même, pour finalement les mixer lors de concerts. Cette démarche destructo-créatrice lui permet d’obtenir un flux visuel étonnant et poussant jusqu'à l'abstraction la plus totale.
 
Massimo CARROZZO 
clarinette et clarinette basse

 

Formation de musique classique dans le sud de l’Italie et obtention du diplôme de clarinette au conservatoire de Matera. Massimo Carozzo étudie à la Scuola di Musica di Fiesole (Florence) et il s’y perfectionne en interprétation contemporaine (clarinette et clarinette basse). Dès 1995, il prend part au collectif GAMO et il fonde l’Ensemble Contemporandom en se consacrant entièrement à la création expérimentale. C’est à cette époque que l’activité d’interprétation se prête aussi à des projets pédagogiques et il se fait promoteur d’une action de sensibilisation à la musique contemporaine auprès de plusieurs écoles de Toscane, et il anime, avec la classe de composition du conservatoire, des nombreux cours-concerts destinés aux étudiants de l’Accademia di Belle Arti de Florence. Il développe entre temps son propre langage dans la musique improvisée, sédimentant un travail d’expérimentation de l’instrument aussi bien que de sa relation à la parole, au théâtre, à l’image.
À Paris depuis 2002, il collabore avec plusieurs compositeurs pour des créations et de la recherche à l'IRCAM et a animé les ateliers pédagogiques des Instants Chavirés où il participe à la formation d’un ensemble d’improvisation musicale. Engagé dans des multiples collaborations, il s’investit dans des projets pour le théâtre et la danse contemporaine. Ce sont ces mêmes expériences de conception musicale qui le poussent à prolonger la création par improvisation dans un travail de composition électro-acoustique…

Isabelle DUTHOIT 
voix, clarinette


De formation classique, Isabelle Duthoit s’oriente très tôt vers les musiques d’aujourd’hui en travaillant avec différents ensembles et compositeurs.
Elle trouve son terrain de prédilection dans l’univers de l’improvisation libre et mène des projets avec Triolid, Jacques Demierre, Six, avec 4 walls + 2 puis avec Sol des projets free jazz rock, avec Hiatus, ensemble expérimental d’improvisation et d’écriture musicale, avec le Trio Canapé, projet photo-phonographique, avec Luc Ex et Johannes Bauer.
Etant depuis toujours attirée par la voix, elle a développé seule une technique de chant singulier, un langage avant le langage. Elle a chanté dans un groupe rock expérimental Fogo ; chante et improvise en solo et en duo avec Phil Minton. En 2008, elle est résidente à la villa Kujoyama à Kyoto (Japon) pour réaliser une performance vocale en solo en lien avec le monde sonore du théâtre Nô et Bunraku.
De 1995 à 2005, elle s’engage pour la création et les musiques improvisées en créant le festival Fruits de Mhère “les champs de l’improvisation” avec Jacques Di Donato.
Depuis 1997 elle enseigne la clarinette et l’improvisation au Conservatoire à Rayonnement Départemental d’Evry (Essonne).

Simon H. FELL 
contrebasse


Simon H.Fell est surtout connu pour son travail de compositeur et d’interprète en musique improvisée, composition contemporaine et jazz expérimental, domaines dans lesquels il se bâtit une réputation depuis 1983. Ses principaux groupes et collaborations comptent le Hession/Wilkinson/Fell, Something Else avec Mick Beck, Badland, The Arc avec Orphy Robinson et le trio à cordes IST, SFQ avec Alex Ward, Gail Brand, Alex Maguire, Mark Sanders & Steve Noble... Il a joué avec Butch Morris’ London Skyscraper, Derek Bailey’s Company, John Butcher, Peter Brötzmann, Lol Coxhill, Billy Jenkins, Joe Morris, Keith Tippett, John Zorn, Derek Bailey, Joey Baron, Elliott Sharp, Billy Bang, Christian Marclay, Han Bennink, Thurston Moore, Lee Ranaldo etc.
Il est l'un des fondateurs du London Improvisers Orchestra et est membre du Steve Reid Ensemble. Régulièrement invité à jouer dans de nombreux festivals en Europe et aux Etats-Unis, ses compositions jazz, classiques ou « fourth stream » ont été jouées en Grande-Bretagne, diffusées à la BBC Radio, BBC World Service, les radios et télévisions européennes, canadiennes et américaines. Il poursuit ses recherches en musique de concert et en composition « fourth stream », en se concentrant surtout sur la composition pour musiciens provenant du jazz et de la musique improvisée.

Taavi KERIKMÄE 
piano, theremin, électroniques


Pianiste de formation, il a étudié à l'académie de théâtre et de musique de Tallinn ainsi qu'au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon. Il joue du piano, du theremin et de plusieurs instruments électroniques. Il enseigne la musique expérimentale et l'improvisation à l'académie de théâtre et de musique de Tallinn. En 2008, il a reçu le titre d'artiste électronique de l'année décerné par l'association des producteurs de disque estoniens pour son CD "Death has a meaning for us" (en collaboration avec le Broken Time Orchestra).
Il a interprété des oeuvres de Gilbert Amy, Pierre Boulez, Sylvano Bussotti, Vinko Globokar, François-Bernard Mâche, Tristan Murail, Karlheinz Stockhausen...
Il pratique l'improvisation en solo ou avec Chris Cutler, Jacques Didonato, Michel Doneda, Isabelle Duthoit, Mart Soo, etc.
Il est l'auteur de musiques de scène, notamment pour le ballet Hamlet, à l'Opéra national d'Estonie (Rahvusooper Estonia), et pour La Mouette de Tchékhov, au théâtre Endla de Pärnu (Prix de la musique de scène 2007 de la Société des auteurs estoniens).

Pierre-Yves MARTEL 
viole de gambe + feedbacks


Partageant son temps entre la musique improvisée et la musique ancienne, de même qu'entre Montréal et Paris, Pierre-Yves Martel travaille avec des musiciens de diverses traditions et cultures. Après des études de contrebasse jazz et classique, il décide en 2008 de se consacrer entièrement à la viole, un instrument rarement utilisé en musique contemporaine. Depuis 2006, il conçoit et enregistre de nombreux projets sur les labels Montréalais Ambiances Magnétiques et &records, incluant : Engagement & Confrontation, Quartetski Does Prokofiev, Disparition de l'usine éphémère et Sainct Laurens. En musique ancienne, il se produit avec des ensembles tels que Constantinople, le Studio de musique ancienne de Montréal, Ensemble Masques, Les voix baroques, La Nef et Arion.

Pascal MARZAN 
guitare


Né en 1958, Pascal Marzan vit entre Paris, Budapest et Londres. Ses collaborations et enregistrements les plus récents et réguliers sont le quartet TPRP avec le violoniste Phil Wachsmann, le contrebassiste finlandais Teppo Hauta-Aho, le batteur percussionniste Roger Turner ; le duo de guitare avec John Russell ; le duo de guitare avec Roger Smith (“Two Spanish Guitars” Emanem) ; “Prendre le Large” avec Fred Wallich (dvd + cd label Vouïr).
Il se produit en duo avec Steve Beresford, Hasse Poulsen, Teppo Hauta-Aho, en trio avec Benjamin Duboc et Didier Lasserre mais aussi avec le Steve Beresford Ensemble pour les « Graffiti Composition » de Christian Marclay avec John Butcher, Alan Tomlinson, Angharad Davies, Hannah Marshall, John Edwards, Rhodri Davies, Orphy Robinson, Aref Durvesh.
Le Recording Angel Ensemble (A. Kolkowsky, S. Mathieu, Z. Karkowski, U. Wasserman, S. Buczek, F. Luce, Appartment House Trio) pour le Manuscrit trouvé à Saragosse de W. Has. Le London Improvisers Orchestra.
Pascal Marzan participe également à des performances avec des danseurs, poètes et plasticiens.
Depuis 2004, il organise les rencontres R-de-Choc à l’Espace Jemmapes.

Jean-Michel VAN SCHOUWBURG 
voix


Né en 1955 en Belgique. Membre et administrateur du collectif Inaudible depuis 1984, il contribue à l’organisation de concerts et du festival Sons Libérés de Bruxelles.
Vocaliste improvisateur autodidacte, son langage musical, se compose de chant de gorge grave et de vibrations du larynx, harmoniques, chant diphoniques, yodels, bruits de bouche, voix de fausset/ haut contre, langages imaginaires. En 1997 il enregistre un solo de voix, inclus dans ORYNX – Phonésie (Phonésie ou phonoetry désigne la poésie sonore de JMVS). Performances solo à Londres, Lille, Bruxelles, Liège et en Slovaquie ; improvisations avec Gingko 4 (FOTC 2006 Small groups Emanem) ; en duo avec John Russell, Jan Huib Nas, Adelheid Sieuw, Guy Strale, Javier Carmona et Pascal Marzan. Avec les groupes Mur-Mur3 et Garden Gift. Avec David Leahy, Lawrence Casserley, Paul Hubweber, Gianni Mimmo, Phil Minton, Ute Wassermann, Mara Pigeon, Jean Coulon, Marco Loprieno, José Bedeur, Timo Van Luyck, Hugh Metcalfe... et en solo.
Parutions : CDs The Mercelis Concert John Russell & Jean Demey, contrebasse. Inaudible 006 / Sureau Demey Vanderstraeten Van Schouwburg Creative Sources.
Écrit des articles dans Improjazz.

Guillaume VILTARD 
contrebasse


Maman, regarde, j’ai trouvé un bruit…
Je suis né dans la tête d’un enfant têtu, sujet aux crises de paludisme et vite contaminé par le virus de l’improvisation. J’ai grandi bien avant tout cela, quelque part dans la brousse ivoirienne. Mes frères n’ont jamais su apprécier Cecil Taylor au petit déjeuner.
J’ai beaucoup travaillé et beaucoup oublié, et le plus simple, s’il faut parler de moi, c’est encore d’écouter quelqu’un d’autre : Ne pas vouloir dire, ne pas savoir ce qu’ont veut dire, ne pas vouloir ce qu’on croit qu’on veut dire, et toujours dire ou presque, voilà ce qu’il importe de ne pas perdre de vue (S. Beckett Molloy éd. de Minuit).
Je crois aussi que l’on oublie trop souvent de remercier son luthier.


PROGRAMME (en cours) :

jeudi 1er juillet :
Trio
Massimo Carrozzo / Pierre-Yves Martel / Pascal Marzan

Duo
aka_bondage / Heddy Boubaker

Duo
Isabelle Duthoit / Taavi Kerikmäe

vendredi 2 et samedi 3 juillet :
Ensembles ad hoc à définir avec les musiciens invités.
Certains ensembles se forment quelques minutes avant les concerts.


TARIFS :

• jeudi 01 juillet :
Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit 11€
•  vendredi 02 juillet :
Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit 11€
• samedi 03 juillet :
- après-midi : Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit : 11€
- soirée : Plein Tarif : 13€ / Tarif Réduit 11€
- Pass journée : 22€
• Pass 3 jours :
Plein Tarif : 39€ / Tarif Réduit 33€


jeudi 17 septembre 2009

Premiere demo festival R de choc 3 des Gorgories : Merci a Damien Bourniquel



les Gorgories
video/scenographie/danse : Catherine Karako
Trio Borde/Marzan/Warburton
Jean Borde : contrebasse
Pascal Marzan : guitare
Dan Warburton : violon

vendredi 31 juillet 2009

Festival R de Choc 3 un mois déjà

"Partant que la réalité n'est qu'une question d'opinion, chacun s'attache dans sa caverne à attiser le feu qui jaillit des profondeurs de la vie irréfléchie de la conscience."
" Pour Socrate, l'idée musicale est à même d'opérer un « déblocage » de l'idée philosophique (ou idée advenue à la conscience au sens large) à condition que la « parole » musicale vise à créer un choc. Elle serait en quelque sorte une expérience de pensée avant toute conceptualisation, c'est-à-dire une expérience pré-conceptuelle antérieure à la représentation par le langage."

J'emprunte à la jeune philosophe Marlène Cakaj ces quelques mots en guise d'introduction à cette présentation du festival R de choc pour deux raisons, l'une est que, à la suite de R du temps (bien que le précédant dans sa conception), se prolonge une réflexion esthétique sur l'évolution de l'art musical hors d'une écriture, l'autre est que la première journée du festival fut l'occasion de mettre en avant le questionnement très actuel de l'interaction entre différentes formes d'art, Art plastique/visuel - Danse - Musique, à travers une pièce intitulée Les Gorgories, et qui se veut une forme d'allégorie du mythe de la caverne de Platon, mythe qui a été à la base d'une récente conférence d'Alain Badiou pour évoquer les difficultés de notre société à se redéployer, à se remettre en question (ceci sans rapport direct avec la pièce, juste pour évoquer l'air du temps).
Les Gorgories est une pièce d'une quarantaine de minutes pensée et réalisée par Catherine Karako, mêlant art visuel et danse à la musique et qu'il m'a semblé aurait bénéficié d'être vue dans un lieu plus en rapport avec les arts plastiques, car les visuels étaient tout à fait remarquables, et finalement très prégnants ne permettant qu'avec parcimonie à la musique et à la danse de se mêler à eux. Peut-être y a-t-il là aussi confrontation entre l'art prémédité (ici les images sur 2 écrans augmentées par des reflets dûs à un décor constitué uniquement mais efficacement de trois étendards argentés mobiles, ainsi que de dizaines de boules de papier aluminium jonchant le sol minéralement) et l'art improvisé (ici la danse et la musique). La musique a finalement pu se libérer du joug de l'image sur la fin, en particulier lorsque Dan Warburton (violon) a commencé à intégrer dans son jeu des lambeaux de papiers déchirés qui avait fait office d'écran, interagissant alors remarquablement avec Catherine Karako ; Jean Bordé (contrebasse) et Pascal Marzan (guitare) rajoutant une touche poétique par leurs présences subtiles.

En préface à l'ouverture dansée du festival, les caisses claires de Didier Lasserre et Pascal Battus ont laissé filtrer le principe herméneutique de la loi de l'improvisation annoncée donc par un garde-champêtre bicéphale.

Les deux journées qui suivirent, toujours à L'Espace Jemmapes, furent particulièrement intenses rappelant le rythme effréné d'un colloque. Sur le plateau environ tous les 3/4 d'heure pendant une quinzaine d'heures au total, se sont succédés des groupes de formats très variés depuis le duo (sax/batterie, violon/piano etc..) jusqu'à un sextuor à vent (Doneda/Gauget/Leimgruber/Keune/Foschia/Alonso) en passant par un quatuor inédit de batteries (Turner/Lasserre/Kittel/Carmona) et un curieux trio : l'étonnant John Russel encadré par deux batteurs (Kittel/Lasserre). Mais que retient-on d'un colloque? Des impressions variées, celle d'avoir été follement intelligent par instant ou complètement confus à d'autre. Et puis, il y a les moments privilégiés, ceux qui s'ancrent dans notre mémoire, souvent de façon subjective, les rencontres, les discussions.
C'est plutôt sous l'angle de la mémoire, à l'ombre du souvenir que je pense qu'il faut aborder un tel festival, car faire une énumération détaillée de chaque intervention serait fastidieux. Sans prétendre à la virtuosité de Jacques Roubaud dans Impératif catégorique, ouvrage oulipien où seule sa mémoire ou presque est en jeu, je voudrais partager quelques moments précis, des images. Par exemple me revient celle d'Alexandre Kittel à quatre pattes sur la scène, puis à plat ventre, jouant avec un petit canard mécanique au milieu de 4 batteries symboles de discipline tout d'un coup rendu obsolète par ce jouet d'enfant fait pour voguer sur les eaux claires du bassin du Luxembourg. En fait, l'utilité du canard mécanique en percussion est de déclencher un doux frottement sur peaux ou cymbales, le visuel n'est que secondaire, pourtant comme toujours fortement prégnant. On peut remarquer, par ailleurs, que plusieurs musiciens affectionnent l'utilisation de gadgets divers pour transformer le son de leur instrument de base se reliant ainsi à la grande tradition cagienne de la préparation instrumentale poursuivie dans les ateliers d'expérimentation de Pierre Schaeffer et, à présent, vivant allègrement, depuis Fluxus et AMM, dans le monde de la musique improvisée.
Pascal Marzan, à la guitare, utilise de petits objets métalliques sortis de sa "trousse chirurgicale" avec lesquels "il opère dans la chair vive du son" comme l'écrit habilement Olivier Gandiva, ainsi qu'une sourdine et une canette de bière d'une marque bien précise à cause du relief de son logo, aussi, il lui arrive de transformer sa guitare en une sorte de Koto. On retrouve l'influence de sons asiatiques, de façon plus attendue mais très convaincante, dans les sonorités de Gamelan du piano préparé de Frédéric Blondy. A noter que le bassiste Simon Fell utilise également de curieux petits objets pour torturer sa majestueuse contrebasse alors que le bassiste Benjamin Duboc utilise une sorte de mailloche molle pour faire résonner le corps de son instrument. Cependant c'est le professeur Beresford (pour être exact, maître de conférence à l'université de Westminster) avec son attirail de vieilleries électroniques qui étonne le plus. Il y a vraiment une énigme à savoir comment il obtient une telle poétique sonore à partir de boites incongrues disposées sur une table... de travail, de travail du son dans sa plus grande précision. Steve Beresford est aussi, entre autre, un pianiste (plus traditionnel) mêlant avec humour et tendresse bebop et free, mélodique ou non. Son duo avec le violoniste Christof Irmer fut un moment de grandes beautés, presque classique.
Et puis, il y a le batteur voltigeur Roger Turner, musicien de Canterbury, vouant un respect immense à Robert Wyatt dont l'esprit d'aventure musicale, de partage, de découverte, d'ouverture a eu une influence initiatrice indéniable sur la scène de la musique improvisée. Le charisme acide de Roger Turner fut, durant ce festival, probablement à son comble lors de son duo avec Chefa Alonso (saxophone) qui n'a pas été sans me faire penser à celui de Rashied Ali avec John Coltrane. Le propos n'était pas le même, plus de 40 ont passé, mais la tradition s'instaure; Coltrane disait, dans une interview pendant sa tournée au Japon en 1966: "J'ai peut-être tort, mais le terme "musique classique", à mon avis, veut dire musique d'un pays jouée par les compositeurs et musiciens de ce pays, plus ou moins, par opposition à la musique sur laquelle les gens dansent ou celle qu'ils aiment chantonner, la musique populaire... Il y a différents types de musique classiques à travers le monde... En ce qui concerne le style, si vous me demandez ce que nous jouons, il me semble qu'il s'agit de la musique de collaborateurs individuels. Et si vous vous voulez lui donner un nom quelconque, vous pouvez l'appeler musique classique."

Si le quatuor de batterie que l'on redoutait quelque part fut une heureuse surprise pleine de poésie, le sextuor à vents fut somme toute une déception peut-être parce que l'on attendait trop des possibilités d'un tel ensemble. On peut se rappeler tout de même de la technique de son directionnel de Bertrand Gauguet qui d'ailleurs, et celà s'entend clairement, a un certain intérêt pour la musique de Gérard Grisey, c'est à dire une musique qui, certes composée et écrite avec grande rigueur, n'en donne pas moins l'impression d'une spontanéité étonnante, comme "un phénomène naturel" dixit François-Bernard Mâche. Ce sextuor à vents fut donc un peu une déception malgré la présence de Urs Leimgruber qui ne put là imposer de direction dans la musique.
Se réclamant, entre autre, de Helmut Lachenmann, il avait la veille structuré de façon magistrale un quatuor composé par ailleurs de Steve Beresford, Pascal Marzan et Roger Turner. Ce dernier concert du vendredi s'était révélé d'une grande maturité poétique loin de l'excitation souvent à tort associé à l'art de l'improvisation.
Pour conclure ce festival, la jam finale fut ouverte par un hommage à Pina Bausch rendu par Christof Immer qui, étant de Wuppertal, l'a fréquemment côtoyé, et que pour l'occasion j'accompagnais au piano, alors que Catherine Karako passait furtive mais pleine de respect à travers les musiciens pour se positionner quelques instants sur le devant de la scène.
La jam démarrait alors doucement, pour au bout d'un moment s'enflammer quelque peu dans les zones du suraigu et finalement retomber avec le sentiment du devoir accompli. Les musiciens se tournaient tous alors vers Pascal Marzan pour lui rendre un vibrant hommage. Il fut secondé cette année, dans la préparation et la réalisation du festival, par Bertrand Gastaut; de plus, lors des 3 journées, il faut noter l'aide précieuse d'Aldridge Hansberry.

Frédéric Maintenant

Photos © Helen Petts :
• Tutti : Christoph Irmer, Frédéric Maintenant, Catherine Karako, Didier Lasserre, Benjamin Duboc, John Russell, Bertrand Gauguet, Simon H. Fell, Jacques Foschia, Michel Doneda, Pascal Marzan...
• Urs Leimgruber / Michel Doneda / Bertrand Gauguet

• Didier Lasserre / John Russell / Alexandre Kittel
• Roger Turner / Pascal Marzan
• Chefa Alonso / Roger Turner
• Didier Lasserre / Roger Turner / Javier Carmona / Alexandre Kittel
• Urs Leimgruber / Steve Beresford / Roger Turner / Pascal Marzan

• Gorgories (Catherine Karako) : photo © Noël Tachet

mardi 30 juin 2009

Pré-Programme du 3 et 4 juillet

The known ensembles/Les ensembles connus

Simon Fell's proposition
Duet : Simon Fell & Pascal Marzan (July 4th/ 4 Juillet)
trio : Simon Fell, Frederic Blondy, Christof Irmer (July 3rd/ 3 Juillet)

Urs Leimgruber's proposition
trio sax : Urs Leimgruber/ Bertrand Gauguet /Michel Doneda (July 4th/ 4 Juillet)
Quartet : Urs Leimgruber/Steve Beresford/Roger Turner/Pascal Marzan (July 4th/ 4 Juillet)
Saxophone ensemble with all saxophonists (July 4th/ 4 Juillet)

Steve Beresford's proposition
1. Steve Beresford, Christoph Irmer and Javier Carmona duo or trio (July 4th/ 4 Juillet)
2. Steve Beresford, Simon Fell, and whoever-the-quietist-drummer-is trio (July 4th/ 4 Juillet)
3. Steve Beresford, Michel Doneda, Pascal Marzan trio (July 4th/ 4 Juillet)

Frédéric Blondy's proposition
Quartet : Frédéric Blondy / Stefan Keune / Benjamin Duboc / Javier Carmona

dimanche 8 mars 2009

Festival R de Choc 2009 2,3 & 4 juillet 2009

Qui fait quoi ?

2 & 3 juillet concerts à 20h et 21h30
4 juillet concerts à 14h30, 15h30, 16h30, 17h30, 20h et 21h30.

2 Juillet/July 2nd 20 H

Duo/Duet
Pascal Battus : caisse claire/snare drums
Didier Lasserre : batterie/drums

Gorgories
Vidéo-Installation Danse Musique
Catherine Karako (FR) : danse & video-installation
Trio Bordé/Warburton/Marzan
Jean Bordé (FR) : contrebasse/doublebass
Dan Warburton (FR) : violon/violin
Pascal Marzan (FR) : guitare/guitar

3 et 4 Juillet :
les musiciens/musicians

CORDES/STRINGS
Christoph Irmer (DE) : violon
Steve Beresford (GB) : piano et électronique
Frédéric Blondy (FR ) : piano
Simon H. Fell (FR) : contrebasse
Benjamin Duboc (FR) : contrebasse
John Russell (GB) : guitare
Pascal Marzan (FR) : guitare

VENTS/WINDS
Michel Doneda (FR) : saxophone soprano
Bertrand Gauguet (FR) : saxophones alto et soprano
Urs Leimgruber (CH) : saxophones tenor et soprano
Stefan Keune (DE) : saxophones sopranino, alto et baryton
Jacques Foschia (BE) : clarinettes, radio
Chefa Alonso (ES) : saxophone, percussions

PERCUSSIONS
Roger Turner (GB) : batterie
Didier Lasserre (FR) : batterie
Alexandre Kittel (FR) : percussions, batterie
Javier Carmona (ES) : batterie, percussions

Prix des places :
Place(s) à 6,50€
2 concerts jeudi 2 juillet 13€ / 11€ TR
2 concerts vendredi 3 juillet 13€ / 11€ TR
Pass 4 concerts samedi 4 juillet 22€
Pass 3 jours (8 concerts) 33€



Festival R de Choc 2008



same on Youtube (thanks to John Russell)

Musicians :

Steve Beresford (gbr) : piano et électronique
Yoko Miura (jpn) : piano
Simon H. Fell (fra) : contrebasse
Teppo Hauta-Aho (fin) : contrebasse,
Philipp Wachsmann (gbr): violon,
Roger Turner (gbr) : batterie
Didier Lasserre (fra) : batterie
John Russell (gbr): guitare
Pascal Marzan (fra) : guitare
Urs Leimgruber (ch) : saxophones tenor et soprano
Michel Doneda (fra) : saxophone soprano
Bertrand Gauguet (fra) : saxophones alto et soprano
Jean-Michel Van Schouwburg (bel) : texte
Invités surprises
Marjolaine Charbin (bel) : piano
Dan Warburton (fra) : violon

Festival r de choc 2007


festival R de Choc July 6th and 7th 2007
Espace Jemmapes
116 quai de Jemmapes 75010 Paris

Musicians
Steve Beresford : piano & objets
John Russell : guitare
Pascal Marzan : guitare
Dan Warburton : violon
Jean Bordé : contrebasse
Simon H. Fell : contrebasse
Michel Doneda ; saxophone soprano
Bertrand Gauguet : saxophone alto et soprano
Roger Turner : batterie
HarS: dictaphone

"Enluminures" Installation : "Pierre Mansire"

Curator Pascal Marzan

jeudi 26 juin 2008

Qui fait quoi le 4 et 5 juillet 2008

Musiciens invités :

Steve Beresford (gbr) : piano et électronique
Yoko Miura (jpn) : piano
Simon H. Fell (fra) : contrebasse
Teppo Hauta-Aho (fin) : contrebasse,
Philipp Wachsmann (gbr): violon,
Roger Turner (gbr) : batterie
Didier Lasserre (fra) : batterie
John Russell (gbr): guitare
Pascal Marzan (fra) : guitare
Urs Leimgruber (ch) : saxophones tenor et soprano
Michel Doneda (fra) : saxophone soprano
Bertrand Gauguet (fra) : saxophones alto et soprano
Jean-Michel Van Schouwburg (bel) : voix, texte
Invités surprises
Marjolaine Charbin (bel) : piano
Dan Warburton (fra) : violon
Performance Butô Gyohei Zaïtsu pause repas 19h à 20 h

Apportez si vous le souhaitez votre repas : Attention aux huiles de moteur !

lundi 23 juin 2008

Flyer et Programme Festival 4 et 5 juillet


Vendredi 4 juillet à 20 h
Simon Fell/Steve Beresford/Michel Doneda/Roger Turner ;
J-M. Van Schouwburg/J. Russell/P. Wachsmann ;
T. Hauta-Aho/P.Wachsmann/R. Turner/P. Marzan
Samedi 5 juillet à 15h 
Duo :  
Teppo Hauta-Aho/Yoko Miura 

Trios :
D. Warburton/J-M. Van Schouwburg/M. Charbin ;
U. Leimgruber/B. Gauguet/M. Doneda ;
S. Fell/J. Russell/B. Gauguet ;
M. Doneda/P. Wachsmann/P. Marzan ; 
S. Beresford/Y. Miura/D. Lasserre 

Quartet : 
U. Leimgruber/P. Wachsmann/P. Marzan/D. Lasserre 


Samedi 5 juillet à 20 h Soirée MOPOMOSO
Tutti Short 1
Divers ensembles
Tutti Short 2
Avec Steve Beresford, Yoko Miura, Simon H. Fell, Teppo Hauta-Aho, Philipp Wachsmann, Didier Lasserre, John Russell, Pascal Marzan, Urs Leimgruber, Michel Doneda, Bertrand Gauguet, Jean-Michel Van Schouwburg, Dan Warburton...

1 concert : 13 €, tarif réduit 11€.
Les 2 concerts du Samedi 5 juillet : 22€
Pass 3 concerts : 26€
R- de-Choc (Grande salle)
Espace Jemmapes
116 quai de Jemmapes 75010 Paris

samedi 31 mai 2008

Programme Festival R de Choc² 4, 5 juillet 2008



Comme lors de la première édition de ce festival, les ensembles sont inédits ou rares, fruits des souhaits des musiciens et décidés soit le jour même ou quelques jours avant.
Avec Steve Beresford, Yoko Miura, Simon H. Fell, Teppo Hauta-Aho, Philipp Wachsmann, Roger Turner, Didier Lasserre, John Russell, Pascal Marzan, Urs Leimgruber, Michel Doneda, Bertrand Gauguet, Jean-Michel Van Schouwburg, Dan Warburton...

Horaires :
Vendredi 4 juillet à 20 h
Samedi 5 juillet à 15 h
Samedi 5 juillet à 20 h Soirée MOPOMOSO

Les ensembles déjà élaborés sont :

Duos :
Dan Warburton/Jean-Michel Van Schouwburg
Teppo Hauta-Aho/Yoko Miura

Trios :
Urs Leimgruber/Bertrand Gauguet/Michel Doneda ;
Simon Fell/John Russell/Bertrand Gauguet
Jean-Michel Van Schouwburg/John Russell/Philipp Wachsmann
Michel Doneda/Philipp Wachsmann/Pascal Marzan
Steve Beresford/Yoko Miura/Didier Lasserre

Quartets :
Vendredi 4 juillet
Teppo Hauta-Aho/Pascal Marzan/Roger Turner/Philipp Wachsmann
Simon Fell/Steve Beresford/Michel Doneda/Roger Turner
Samedi 5 juillet
Urs Leimgruber/Philipp Wachsmann/Didier Lasserre/Pascal Marzan

Vous pouvez suivre les évolutions et nouveaux détails sur ce blog.

1 concert : 13 €, tarif réduit 11€.
Les 2 concerts du Samedi 5 juillet : 22€
Pass 3 concerts : 26€
R- de-Choc (Grande salle)
Espace Jemmapes
116 quai de Jemmapes 75010 Paris